Édito

salut les amis,

aujourd’hui le bob pleure.
antoine nous a quitté alors le bob pleure.
les larmes coulent, le chagrin l’a envahi, et le bob se laisse faire, il a pas envie de lutter,
c’est comme s’il fallait remplir le vide par les larmes mais le bob sait que ça marchera pas...
que malgré tout ce chagrin, toutes ces larmes, le vide restera.

mais en même temps il ne restera pas que le vide,
il restera tous ces moments de tournée avec toi en régie, au restau,
au bistrot, sur scène, dans le camion, en ballade, en réunion.
le bob garde ça, le bob garde ton humour, ton intelligence, ta générosité,
ta joie d’être avec nous, tes fous rires et malgré tout ce chagrin, toutes ces larmes,
le bob sourit parce qu’il y en a un paquet de souvenirs...

il y a 4 ans quand tu es arrivé dans la cie,
on a beaucoup discuté et tu m’as fait rencontrer gwendal et tugdual,
c’est toi qui a construit cette nouvelle équipe technique, tu avais cette intelligence de l’humain. merci pour ça, antoine, je suis content d’avoir pu te le dire tes yeux dans les miens.
merci pour tout, je suis fier d’avoir fait partie de ta vie.
merci pour ces 4 années de boulot et pour les 20 d’avant où on était ami.

toute l’équipe du bob se joint à moi pour ces mots.
nous pensons à ta famille dont tu étais tellement fier.
tu fais chier, antoine.

denis